LE SAVON D’ALEP : UN SAVON BIEN UTILE MAIS TANT COPIÉ!

DSC05712

Demat !

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire découvrir un de mes produits chouchou que j’utilise depuis de nombreuses années : le savon d’Alep, mais attention, le VRAI !

Avant de parler de ses propriétés et de son utilisation, il est indispensable de connaître son histoire car elle est à l’heure actuelle fortement impactée par la guerre. Le savon d’Alep, comme son nom l’indique, vient d’Alep, l’une de villes les plus importantes de Syrie. Située au Nord-Ouest du pays, elle fut une ville importante en matière de commerce, de par son emplacement stratégique entre la mer Méditerranée et la Mésopotamie ainsi que son positionnement sur la route de la soie.

De nombreuses savonneries existaient à Alep et les souks de la ville regorgeaient de ce savon à l’allure particulière : un cube marron aux découpes inégales car tranché manuellement, vert à l’intérieur. Mais en raison de la guerre actuelle faisant rage dans le pays, les savonneries n’ont pu perdurer. Certaines ont réussi à survivre pour continuer à faire vivre la production de ce savon et son exportation, parfois en partant un peu plus loin, dans des zones plus protégées. C’est pourquoi il devient plus difficile à l’heure actuelle de trouver du savon d’Alep original.

En effet, vous trouverez dans beaucoup de boutiques du savon portant la dénomination « savon d’Alep » car reprenant la recette de ce savon, mais fabriqué en Tunisie ou en Espagne. L’AOP n’existant pas comme pour certains produits français, de nombreuses entreprises surfent sur la vague et vendent du savon d’Alep qui n’a rien de Syrien.

Un cognac peut-il être fabriqué en Pologne ? Non, il en serait une contrefaçon. Je pars du principe que même si l’AOP n’existe pas pour le savon d’Alep, il est important de savoir ce que l’on achète.

Ce savon est fabriqué avec les matières premières cultivées dans la région d’Alep, à savoir l’huile d’olive et l’huile de baies de laurier. Sa composition est très simple, on chauffe de l’huile d’olive avec de l’eau et de la soude végétale et en fin de processus on ajoute l’huile de baies de laurier ce qui en fait un savon surgras. Il est considéré comme le plus vieux savon du monde, sans solvant, sans produit de synthèse, sans colorant, sans graisse animale et sans fixateur de parfum. Ce qui peut varier est que certains savons auront plus ou moins d’huile de baies de laurier.

Certains savons que l’on trouve sur le marché ne respectent pas cette règle et incorporent des produits chimiques. De plus, produits ailleurs que dans la région d’Alep, même si les matières premières sont similaires, les conditions climatiques ou la typologie des sols en font des produits différents.

Mais pourquoi est-ce que je vous en parle me direz-vous ? Tout simplement parce que c’est un produit génial ! Certains aimeront l’utiliser comme savon classique, moi je l’utilise pour le linge. C’est un détachant naturel formidable. Avant lavage en machine il suffit de mouiller l’endroit tâché et de frotter du savon d’Alep sur la tâche. Rares sont les fois où une tâche lui a résisté !

Par ses vertus antiseptiques et antibactériennes, il est parfait pour le lavage des mains également et en particulier pour désinfecter une petite plaie superficielle.

Pour résumer, si vous souhaitez acheter ce produit, regardez bien l’origine (Syrie), l’aspect (marron-vert irrégulier), sa composition (rien de plus que les 4 éléments cités) et que le sceau du maître savonnier, en arabe, apparaît dans le savon.

Je nuancerais tout de même mes propos sur l’origine en raison de la guerre. Pour ne pas risquer de perdre le savoir-faire syrien, certaines savonneries ont vu le jour en France par des syriens et produisent du savon d’Alep dans le respect de la recette originelle. Comme vous le voyez, le sujet est source de discussions en raison du contexte géopolitique actuel…

J’attends vos avis, qui l’utilise déjà ?

Breizhous

COMPARATIF GELS DOUCHE WELEDA / MELVITA

P_20170825_153512_vHDR_Auto

Demat !

Ce week-end j’ai envie de parler de 2 marques que j’affectionne particulièrement et dont la réputation n’est plus à faire dans la biosphère ! Je parle bien sûr de Weleda et de Melvita. Chez cette dernière, j’ai déjà ma crème de jour à la rose dont je ne peux plus me passer.

Comme je l’ai écrit précédemment, j’utilise désormais sous la douche des savons. En particulier ceux de chez Clémence & Vivien. Le fait qu’ils soient saponifiés à froid permet de les utiliser comme un gel douche car ils moussent. Néanmoins, j’aime avoir de temps à autre la texture onctueuse d’un gel douche, car c’est tout de même bien différent d’un savon.

J’ai choisi 2 produits à la rose mais de marques différentes :

  • Celui de chez Melvita se compose de pétales de roses, de miel d’acacia et est enrichi en gelée royale. Il est sans sulfates et sans savon, 99 % du total des ingrédients sont d’origine naturelle et 10 % du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Référencé cosmétique Ecologique et Biologique certifié ECOCERT. C’est une CREME de douche, très agréable sur la peau et à l’odeur discrète très florale. Mais je trouve que la texture se rapproche plus de celle d’un GEL douche.

 

  • Celui de chez Weleda se compose d’une base lavante végétale, sans savon, enrichie en huile de rose musquée bio et d’huile de sésame bio. Référencé Cosmétique naturel certifié NATRUE. C’est une CREME de douche également mais elle est beaucoup plus onctueuse et agréable à appliquer sur la peau que celle de Melvita. Par contre, l’odeur est beaucoup plus forte, la rose est trop présente pour moi.

UT8WorBXblbXXagOFbX9

Conclusion, j’ai une préférence pour le produit de chez Melvita qui est bio, qui sent très bon et dont l’odeur plus subtile me convient mieux. Même si, à appliquer je préfère la texture crème/lait de chez Weleda.

Et vous, quelle est votre préférence ?

Breizhous

Crème de douche pétales de rose MELVITA, 200 ml : 8€

Crème de douche rose musquée WELEDA, 200 ml:8.05€

LE MASCARA VOLUME AVRIL

DSC05709 - Copie

Demat !

En ce week-end laissant apparaître un peu de soleil, on parle beauté bio bien sûr.

Je vous ai déjà parlé brièvement de la marque française AVRIL lors de mon article sur les vernis. En même temps j’avais acheté un mascara et cela fait à peu près 2 mois que le porte au quotidien.

Si mon avis sur les vernis était mitigé, je ne regrette pas mon achat de mascara. Dans la palette des marques proposées, celui d’Avril ressortait avec de bons avis. Difficile de se décider lorsque l’on cherche ce type de produit en bio car on recherche une bonne tenue, au moins équivalente aux produits non bios ainsi qu’une belle mise en valeur de notre regard. J’ai choisi le « mascara volume » mais vous pouvez opter pour le « mascara longue tenue ».

Pour les détails : 99.80 % du total des ingrédients est d’origine naturelle et 57.70 % du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Il contient de la cire d’abeille bio pour protéger les cils et de l’extrait d’açaï (fruit antioxydant d’une plante guyanaise), et évidemment sans test sur les animaux !

Points positifs : La texture du mascara est crémeuse, agréable et facile à appliquer, la couleur est d’un noir profond. Le produit se dépose facilement et de manière uniforme sur les cils. En ce qui concerne la tenue, cela va dépendre des femmes mais pour moi elle est excellente. Mon mascara tient toute la journée, pas besoin de retouches et il s’enlève facilement au démaquillage.

Seul bémol : la forme de la brosse. Bombée sur une partie et fine sur la pointe. Je ne trouve pas ça très pratique pour l’application, personnellement je préfère une brosse fine uniforme.

Donc, vous l’aurez compris… : je recommande ! ^^ Je suis ravie de cet achat et je vais continuer à l’utiliser. Maintenant je pense acheter d’autres produits de la marque, notamment le fond de teint et surtout le crayon rouge à lèvres à 4€ qui me fait de l’oeil depuis plusieurs semaines 😉

Breizhous !!

Mascara volume noir AVRIL : 7€

« LA PETITE FILLE QUI AVAIT AVALE UN NUAGE GRAND COMME LA TOUR EIFFEL » . ROMAIN PUERTOLAS

20170705_144132

Demat !

Voici mon coup de coeur de l’été ! Ce roman est un petit bijou, un extraterrestre, un ovni que vous devez absolument avoir dans votre sac de plage ! On pleure, on rit, on est ému, on est triste, on est joyeux, on sourit… vous passerez par toutes les émotions au fil des pages mais avec délectation et bonheur.

J’ai entendu parlé de Romain Puertolas mais je n’avais pas encore eu l’occasion d’en découvrir l’écriture. La conclusion est qu’il ne faut pas perdre de temps mais courir chez votre libraire ! Né en 1975, primé plusieurs fois, vous avez forcément entendu parlé de lui par son roman « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA ». Roman que je vais m’empresser de lire avant le printemps 2018 car sachez-le : l’adaptation cinématographique du roman est en cours de tournage !

Pour en revenir au roman qui nous intéresse aujourd’hui, on y parle d’un sujet grave : la mucoviscidose. Mais sa réalité mortelle est traitée à l’image de l’enfant qui en est victime. C’est à dire avec légèreté et rêves. On part dans un voyage fabuleux peuplé de rencontres extraordinaires et mystérieuses. Une postière, un contrôleur aérien, un coiffeur-barbier, un berger, une petite marocaine, un marabout, un moine boudhiste…

Tout part d’une jeune femme qui réussit à s’envoler seule, juste en battant des bras, depuis une piste de décollage de l’aéroport de Roissy durant l’épisode du nuage de cendres qui s’est abattu sur l’Europe lors d’une éruption volcanique islandaise. S’ensuit des aventures incroyables dans lesquelles on plonge tête baissée, on se laisse bercer par l’imaginaire de l’auteur et cette histoire fabuleuse.

Je vais faire court pour cet article, je n’en dirai pas plus au risque de spoiler le roman. Il faut le lire, il faut le vivre. Car c’est avant une histoire d’amour. Amour entre un homme et une femme, amour fraternel, amour maternel, amour sous toutes formes.

J’espère vous avoir donné envie de le lire, en tout cas je le souhaite car c’est réellement une perle.

Breizhous

DIY SOIN HYDRATANT SPECIAL CHEVEUX BLONDS

P_20170730_155747_vHDR_Auto_1

Demat !

Désolé pour les jolies brunes et jolies rousses mais aujourd’hui c’est un spécial blondes ! Et oui, parce que j’en suis une ! 🙂

Je créé mon propre mélange afin qu’il soit adapté à ma nature de cheveux. Donc, un soin qui hydrate et nourri mais qui entretient aussi le blond. Car le problème lorsqu’on est blonde c’est que notre couleur naturelle (ou moins naturelle) peut ternir.

J’ai d’abord testé la base neutre capillaire de chez WAAM et là quelle déception ! Elle assèche terriblement mes longueurs et graisse les racines. Mes cheveux étant déjà sensibles et secs, elle convient sûrement à d’autres mais moi j’ai arrêté de l’utiliser au bout de 2 essais identiques.

J’ai essayé ensuite le masque « nutrition intense à l’acide hyaluronique » de chez Mademoiselle Bio. Et… je vais le garder, il est vraiment parfait ! Il s’applique facilement et hydrate sans graisser. Il contient de l’huile de jojoba et de l’huile d’avocat, parfaite pour renforcer le cheveu. Et l’acide hyaluronique va gainer la fibre capillaire.

Pour le convertir en « spécial blondes », j’y ajoute 2 huiles essentielles : citron et camomille matricaire. Ce duo est LE combo gagnant pour les blondes. Leurs effets se complètent. La camomille matricaire (aussi appelée Allemande) va apporter brillance et va vous permettre de conserver de beaux reflets dorés. Le citron va renforcer les effets de la camomille matricaire en resserrant les écailles des cheveux et en accentuant l’éclaircissement.

Donc pour ce DIY il vous faut : _ 50 ml de base capillaire

                                                        _ 10 gouttes d’huile essentielle de citron

                                                        _ 8 gouttes d’huile essentielle de camomille matricaire

Laissez poser plusieurs minutes après votre shampooing, rincez à l’eau claire, dans laquelle vous aurez ajouter un peu de vinaigre de cidre pour la brillance, et vos cheveux vous remercieront !

J’attends vos avis !

Breizhous

Masque nutrition intense de chez Mademoiselle Bio 200 ml : 10.90 €

Huile essentielle de camomille matricaire  Aroma Zone : 8.50 €

Huile essentielle de citron Aroma Zone : 2.50 €

LES PETITS VERNIS NATURELS AVRIL

DSC05689

Demat !

Aujourd’hui, on reste dans la cosmétique mais en maquillage : on découvre les jolis vernis à ongle de la marque française bio AVRIL. Evidemment, vous me direz qu’un vernis, par nature ne peut pas être bio. En effet, mais on peut se tourner vers des produits moins nocifs, contenant moins de produits chimiques dangereux.

Avril tout d’abord, c’est français. Ils ne font pas de pub, n’utilisent pas d’emballages superflus, sont vegan, et les prix sont tous doux !

Ces vernis de 7ml sont fabriqués en France et comportent 81 % d’ingrédients d’origine naturelle. Ils sont sans parabène, sans formaldéhyde, sans phtalates, sans toluène, sans xylène, sans camphre et sans colophane. Ces produits, qui peuvent être des perturbateurs endocriniens, des neurotoxiques, cancérigènes ou allergisants… sont présents dans la majorité des marques de vernis les plus connues et consommées.

Un rapport de 2012 de la Commission Européenne a mis en avant un trio toxique présent dans les vernis. A savoir, les formaldéhydes, le dibutyl phtalate et le toluène.

Ainsi, sans être bio, sans être anodins, sans être dénués de produits chimiques, les vernis Avril sont, à mon sens, une bonne alternative aux vernis traditionnels pour celles qui aiment prendre soin de leur apparence par leurs ongles.

J’ai donc testé ces produits, car outre leurs qualités de composition, il faut également qu’ils soient efficaces. Et le résultat est plutôt bon !

Points positifs : Ils s’appliquent facilement, les couleurs sont très belles, la couvrance est parfaite en une seule couche.

Points négatifs : La tenue est très moyenne. Pour les couleurs nude que je portent sur les mains ça va, mais si vous souhaitez de la couleur vive ou foncée, là ça se gâte… Au bout de 2 jours sans activité particulière abîmant vos mains, votre vernis sera écaillé et il faudra recommencer. Pour les pieds par contre, la couleur tient très bien.

Tout dépend donc de l’usage que vous en faites…

Le bilan est donc positif pour moi car je ne porte pas de couleur sur les mains. Les prix sont tout petits et le choix de couleurs est intéressant. Je pense élargir ma gamme Avril très prochainement 🙂

J’attends vos avis

Breizhous

Vernis 7ml AVRIL : 3€

ZOOM SUR L’HUILE DE RICIN

DSC05672

Demat !

Ce weekend on parle d’une huile que j’utilise très régulièrement :  l’huile de ricin. « Castor oil » en anglais. Mais attention aux faux amis, elle n’est absolument pas de l’huile de castor ! Non, elle provient d’une plante. Ou plus précisément d’un arbrisseau d’origine tropicale et son huile est obtenue à partir des graines. Ces graines renferment de la ricine qui est un puissant toxique, mais le procédé d’obtention permettant de réaliser l’huile détruit la ricine et donc sa toxicité. Néanmoins il reste important de ne pas ingérer cette huile végétale car ses effets laxatifs sont violents.

images

Elle est donc à utiliser pour vos soins cosmétiques externes.

Elle est connue pour son effet fortifiant et de pousse des ongles, des cils et des cheveux. En ce qui me concerne je l’utilise en soin pour les ongles et les cils.

Pour celles qui souhaitent fabriquer leurs propres produits de maquillage type mascara, crayon ou rouge à lèvres, elle est idéale car grasse et visqueuse.

Il y a une manière très simple de l’utiliser pour embellir vos cils : recycler un vieux mascara vide bien nettoyé et remplissez le tube d’un mélange d’huile de ricin (pour la pousse) et d’huile de coco (contre la casse) et de quelques gouttes d’huile d’avocat (pour hydrater). Il ne vous reste plus qu’à appliquer ce mélange tous les soirs après le démaquillage.

Pour les soins de peau, elle est efficace en synergie avec des huiles essentielles sur les tâches brunes dues au vieillissement qui apparaissent sur le visage et les mains.

Quant à mes ongles, ils sont moins abîmés, moins cassants grâce à cette huile. Préparez un mélange d’huile de ricin avec de l’huile essentielle de citron et appliquez-le en massage sur vos ongles et cuticules régulièrement.

A vos avis concernant ce produit !

Breizhous

Huile de ricin 50ml, MELVITA : 13.50€

DIY baume après-soleil

DSC05681

Demat !

Les températures élevées et le beau soleil de ce week-end vont sûrement faire rosir vos jolies peaux alors attention à les protéger et à bien les hydrater ensuite ! En ce jour de fête des mères je vous propose de fabriquer à votre maman un baume apaisant après-soleil pour qu’elle puisse prendre soin de sa peau durant la période estivale.

Je me suis inspirée du DIY de chez WAAM que j’ai adapté à mes goûts car la recette ne me convient pas totalement. Pour mon DIY d’environ 100 grammes vous aurez besoin de :

_ Huile de coco ( 2 cuillères à s.)

_ Beurre de karité ( 1/2 cuillère à s.)

_ Gel d’aloé vera (3 et demi cuillères à s.)

_ Huile de carotte ( 1 cuillère à s.)

_ Huile essentielle de Tea Tree (quelques gouttes)

J’ai d’abord suivi la recette du site qui contient plus de karité, moins d’aloé vera et aucune huile essentielle. J’ai trouvé le résultat trop liquide à mon goût, c’est pourquoi j’ai rééquilibrer les dosages. Surtout que le beurre de karité au yuzu a une odeur assez forte.

Le beurre de karité, l’huile de coco et le gel d’aloé vera vont nourrir, hydrater et apaiser votre peau après une exposition au soleil. L’huile de carotte quant à elle, est parfaite pour prolonger le bronzage car gorgée de vitamine A, d’où l’intérêt de l’inclure dans le baume.

Comme vous déciderez peut-être de profiter encore du soleil après le soin en prolongeant la soirée en terrasse, ce baume est parfait pour 2 raisons :

L’huile de coco a un SPF (indication du pouvoir de protection solaire) élevé de 8 (le plus élevé avec l’huile d’olive).

Et comme certaines huiles essentielles possèdent aussi un SPF, j’ai choisi d’ajouter le tea-tree car cette huile a la vertu de soulager les coups de soleil et possède un SPF de 2. Mais pour celles qui préfèrent un SPF plus élevé et une sensation de fraîcheur vous pouvez choisir la menthe poivrée (SPF de 7 qui est le plus élevé). Il y a également la Lavande Aspic qui a un SPF de 6 et qui soulage aussi les coups de soleil. Personnellement ce n’est pas l’odeur que je préfère donc chacune peut adapter selon ses goûts !

Je vous conseille de placer votre baume au frigo. Le but étant d’apaiser la peau après une exposition, la sensation de fraîcheur en sera d’autant plus appréciable. Ne soyez pas surprise par l’aspect, celui-ci, au frais, va durcir. Mais il suffit de quelques mouvements circulaires pour le chauffer sous les doigts et il sera très facile à appliquer.

A vos remarques et recettes pour me donner vos avis sur ce DIY !

Breizhous !

Huile de coco KHADI 250 grs, Mademoiselle bio : 11.40€

Gel d’aloé vera 125 ml, Mademoiselle bio : 8.90€

Beurre de karité au yuzu 100 ml, Waam : 11.90€

Huile de carotte, Waam : 12.90€

Huile essentielle de Tea tree 10 ml, Florame : 7.50€

LE GECKO : L’EXFOLIANT DES SAVONS CLEMENCE & VIVIEN

DSC05652

Demat !

Comme promis voici mon avis sur le Gecko. Et oui, encore un savon Clémence&Vivien…. Je sais.. mais je n’y peux rien je les adore, ils sont super !

Celui-ci est toujours à froid et surgras comme l’ensemble de leur gamme mais il a la particularité d’être exfoliant. C’est donc, mesdames, un indispensable de votre salle de bain !

Exfolier sa peau est important pour la régénérer. Enlever les cellules mortes permet ainsi de lisser la peau, de la rendre homogène et de rester toute douce ! 🙂

C’est d’autant plus d’actualité que l’été arrive. Exfolier avant l’épilation est indispensable ! Car cela permet de décoller les poils et donc d’éviter les poils incarnés. De plus, ils s’enlèveront plus facilement.

C’est également important afin d’entretenir son bronzage, il sera ainsi prolongé et embellit.

Bref, vous l’avez compris, c’est le moment ! Par contre attention, gommer sa peau trop souvent va la sensibiliser, or la flore cutanée la protège des agressions, c’est donc important de la préserver.

J’aime beaucoup le Gecko que je vais garder dans ma routine. Il est fabriqué à base d’huile de coco, de karité, de tournesol , de ricin et d’olive. D’huile végétale de chanvre pour apaiser les rougeurs, d’huiles essentielles de romarin et de zest de citron. Il se compose également d’argile verte pour son côté purifiant. Et bien sûr de graines de pavot car ce sont elles qui vont gommer.

_ L’huile essentielle de romarin a des vertus fongicides et bactéricides, elle est donc un revitalisant cutané.

_ Le citron, comme tous les acides de fruits a l’avantage de favoriser le renouvellement cellulaire.

Ce savon est très bien dosé en graines de pavot, il y en a suffisamment pour exfolier et pas trop de manière à ne pas irriter la peau. Par contre, contrairement aux autres savons de la gamme, il ne s’applique pas de la même façon. Il va falloir l’utiliser directement sur la peau en mouvements circulaires et bien sûr, toujours sous la douche, pas sur peau sèche.

Le mélange romarin/citron sent vraiment très bon, c’est très agréable.

Prenez soin de votre peau ! J’attends vos avis sur le produit !

Breizhous

Le Gecko Clémence&Vivien : 3.90 €

LES JUMELLES DE GLACE DE S.K TREMAYNE

DSC05637

Demat!

Belle découverte que le roman « LE DOUTE », en français, de S.K Tremayne de son vrai nom Sean Thomas. Mais vous le connaissez peut-être déjà sous son autre pseudonyme, Tom Knox ?

Ecrivain et journaliste anglais, il s’est spécialisé par ses 1er romans dans les thrillers archéologiques et religieux.

Le Doute publié en 2015, son 1er livre sous le pseudo S.K Tremayne fut best-seller dans de nombreux pays et le 2ème, Fire Child sorti en janvier dernier, est déjà best-seller en Allemagne et j’ai hâte de le lire! 🙂

Mais ce n’est pas par sa notoriété que j’ai découvert « Le Doute », c’est par hasard, par une amie qui me l’a conseillé. Et… : j’ai adoré !

J’ai eu le plaisir de me retrouver une nouvelle fois dans les Hébrides écossaises si chères à Peter May. Tout commence par un couple de londoniens qui quitte sa grande maison digne d’un magazine de déco pour s’installer dans l’île familiale au coeur des Hébrides. Le cottage y est à l’abandon, le phare balaye les environs de sa lumière lancinante, l’île est fouettée par les vents et les embruns et une ambiance glacée y règne. Sarah et Angus Moorcroft arrivent dans ces paysages sauvages et magnifiques mais tout aussi rudes et torturés que leur vie, leur famille, leur esprit. En effet, leur nouvelle vie commence à 3 et non plus à 4. L’une de leurs jumelles, blondes aux yeux bleus de glace, étant décédée. On découvre rapidement que le comportement de la survivante va se révéler étrange. L’auteur passe avec facilité du point de vue de la mère au point de vue du père ce qui sème ombre et inquiétude sur le lecteur en bousculant ses certitudes.

8145628896_43d24df4f3_b

Il va falloir rester amarré à l’histoire car le doute va s’insinuer en vous, lentement, l’auteur nous plongeant dans une ambiance de peur, d’angoisse et de doute. Il arrive parfaitement à retranscrire les sentiments qui doivent s’entrechoquer dans de telles conditions de deuil : tristesse, douleur, culpabilité, amour, colère, haine… folie.

L’atmosphère est oppressante, l’isolement de ce cottage au milieu d’un environnement aussi éloigné de tout, à la nature aussi somptueuse qu’hostile,  renforce encore cette sensation glaçante que l’on ressent. Laissez-vous embarquer au travers du brouillard entourant cette fillette survivante et ses parents sur Eilan Torran, ressentez leurs doutes, écoutez les sifflements en gaélique du vent et le dédouement vous surprendra…

Bonne lecture

Breizhous